Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 47, numéro 29 | 26 avril 2012

Recherche

La leçon de piano aux aînés

Un nouveau guide pédagogique aide les professeurs de musique à enseigner le piano aux personnes âgées

Par Renée Larochelle

Les professeurs de piano ont l’embarras du choix quant aux méthodes sur le marché pour l’enseignement de cet instrument aux enfants. Les choses sont cependant différentes pour les aînés: en fait, rare est le matériel d’enseignement s’adressant à eux de façon précise. C’est pour pallier ce manque qu’Ariane Nantel, doctorante en éducation musicale à la Faculté de musique de l’Université Laval, a élaboré un guide pédagogique à l’intention des enseignants qui travaillent ou qui souhaiteraient travailler avec les personnes âgées de 65 à 79 ans. Pour ce projet, qui sera mis en ligne cet automne, Ariane Nantel a remporté récemment le premier prix au concours «Une fenêtre ouverte sur la recherche et la création universitaire», organisé par la Chaire publique ÆLIÉS. À l’instar des 12 finalistes à ce concours, la jeune femme a participé à la série Cogito, diffusée sur les ondes de Canal Savoir. On pourra l’y voir présenter son projet le lundi 11 juin à 15 h. 

Manque de souplesse, raideurs, mémoire moins vive, vision et audition déclinantes, anxiété: tels sont les problèmes que vivent souvent les personnes âgées qui apprennent le piano, selon les enseignants qu’Ariane Nantel a rencontrés aux fins de son étude. «Certains professeurs m’ont dit que des élèves ne mettaient pas leurs verres à double foyer tout simplement parce que ces derniers les empêchaient de suivre la partition telle qu’elle était placée sur le piano, explique la jeune femme. Ce sont ces détails qui font toute la différence et auxquels les enseignants doivent être sensibilisés s’ils veulent que leurs élèves aînés progressent.»

Le rêve d’une vie
En parlant avec les professeurs, Ariane Nantel a découvert que les objectifs des enseignants différaient parfois de ceux des élèves. Si les enseignants privilégient la technique, les élèves, eux, souhaitent plutôt mettre l’accent sur l’interprétation, estimant avoir passé l’âge de faire des gammes. Même chose du côté du répertoire: les aînés veulent jouer des pièces qu’ils aiment et qui leur rappellent des souvenirs, notamment celles qu’on trouve dans les cahiers de la Bonne Chanson de l’abbé Gadbois. Le guide pédagogique contient d’ailleurs une cinquantaine de ces airs populaires folkloriques encore très populaires aujourd’hui dans les réunions de famille. Ariane Nantel a aussi inclus dans son guide quelques classiques comme la Berceuse de Brahms et le célébrissime Ave Maria de Schubert.
 
«Il est beaucoup plus facile d’apprendre quand on connaît déjà l’air d’une pièce, dit la jeune femme. L’idée la plus importante, dans tout ça, c’est que les gens aient du plaisir à jouer. Plusieurs savent lire la musique et ont déjà fait du piano. Ils possèdent également des expériences de vie variées dont ils peuvent se servir dans leur apprentissage.» La mémoire a beau être moins sûre et les articulations être moins souples, ces personnes sont parfois plus motivées et enthousiastes que les enfants et les ados à qui on impose parfois des leçons de piano. «Pour plusieurs, apprendre à jouer du piano est le rêve d’une vie, dit Ariane Nantel. Sans compter que cet entraînement permet d’améliorer la mémoire et la coordination.»

33774_piano_aines

Les gens qui apprennent le piano sur le tard ont les articulations moins souples que les jeunes, mais souvent plus d'enthousiasme.

Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles