Logo Université Laval Logo Université Laval

Volume 46, numéro 27 | 7 avril 2011

Société

Une femme de parti

Étudiante en service social, Émilie Guimond-Bélanger est nommée porte-parole de Québec solidaire, aux côtés d’Amir Khadir

Par Renée Larochelle

Les inégalités sociales la préoccupent au plus haut point et son souhait le plus cher est que tous les êtres humains aient leur juste part du gâteau dans la société: voilà ce qui décrit bien Émilie Guimond-Bélanger, étudiante au baccalauréat en service social et responsable de la Commission nationale des femmes de Québec solidaire. Il n’est donc pas surprenant que la jeune femme de 22 ans ait été nommée pour pallier l’absence de la présidente du parti, Françoise David, qui souhaite se consacrer à l’écriture durant les cinq prochains mois.

«En fait, j’agirai à titre de porte-parole du parti aux côtés d’Amir Khadir», tempère Émilie Guimond-Bélanger, qui n’a cependant pas l’intention de se lancer en politique active dans le futur. «Je me porterai toujours à la défense des personnes qui sont sans voix dans notre société et c’est une tâche qu’on peut très bien accomplir au sein d’organismes communautaires, souligne l’étudiante. J’irai où je me sens utile.»

C’est au retour d’un séjour en Inde, à l’été 2007, que cette battante a eu la piqûre pour Québec solidaire. «J’avais vu des situations de pauvreté extrême là-bas, raconte-t-elle. Peu de temps après ce voyage, j’ai assisté à un discours prononcé par Amir Khadir. Ses propos m’ont fascinée et j’ai décidé de m’impliquer dans le parti.»

Éveillée politiquement très jeune par des parents d’allégeance péquiste, Émilie Guimond-Bélanger ne compte plus les heures de bénévolat qu’elle a faites dans des soupes populaires, auprès de personnes itinérantes, de femmes battues, etc. Elle n’a pas hésité à prendre le micro l’été dernier pour parler de son arrestation injustifiée lors du sommet du G20 à Toronto. «Je veux travailler à contrer les inégalités sociales et je ne cesserai jamais de me battre pour faire valoir les droits de ceux et celles qui sont victimes d’injustice», dit-elle.

Marc Robitaille

Émilie Guimond-Bélanger: «Je veux travailler à contrer les inégalités sociales et je ne cesserai jamais de me battre pour faire valoir les droits de ceux et celles qui sont victimes d'injustice».

Photo: Marc Robitaille

Écrivez-nous
Partagez
ULaval nouvelles